George Sand critique. Une autorité paradoxale