Emergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560) (L')






Cliquez pour zoomer

250 p.
format : 16x24

ISBN
978-2-86272-472-0

date de parution : 01/01/08

20.00

Titre : Emergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance (1520-1560) (L')

Auteur(s) : Michèle CLEMENT, Janine INCARDONA

Résumé :

À en croire leurs contemporains, les femmes de lettres brillèrent tout particulièrement à Lyon dans les années 1550. Il reste de cette effervescence des œuvres encore célèbres, comme celles de Louise Labé et Pernette du Guillet ; des textes connus des érudits lyonnais ou des seuls spécialistes ; et parfois des traces plus ténues encore, quand les écrits ont disparu sans avoir été publiés. Dans d’autres cas, enfin, il reste des énigmes, comme la mystérieuse autrice des Comptes amoureux de Madame Jeanne Flore, qui pourrait bien n’avoir jamais existé…
De fait, le milieu littéraire lyonnais de la Renaissance semble avoir délibérément favorisé l’émergence des femmes en son sein. Les premiers pas reviennent à Clément Marot et Bonaventure des Périers, qui insérèrent dans leurs ouvrages des poèmes de femmes dialoguant avec les leurs, donnant ainsi à voir les noms et les écrits de quelques-unes de ces « consœurs ». Le milieu éditorial aussi joua un rôle essentiel : en dédiant de nombreuses publications « aux dames », en sauvant de l’anonymat des brouillons appelés à disparaître (comme les Rymes de Pernette Du Guillet), en remodelant la présentation de certaines œuvres (comme les Angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne), en imprimant celles de Marguerite de Navarre, de Louise Labé, de Marguerite de Cambis, et même en accueillant l’étonnante Jeanne Flore, double féminin de Juan de Flores…, les éditeurs François Juste, Denis de Harsy, Jean de Tournes, Antoine du Moulin, Guillaume Roville, Luc’Antonio Ridolfi furent autant d’acteurs de la cause littéraire des femmes. C’est aux jeux d’influence de ces différentes composantes, à leurs soubassements sociologiques, idéologiques et littéraires, que les articles de ce volume sont consacrés. C’est aux aux efforts de chacun et chacune qu’ils tentent de rendre vie.